Le développement des ressources humaines reste un élément clé de la nouvelle matrice de SAA et la gestion de ce thème a été placée dans les mains bien expérimentées du Fonds Sasakawa pour l’Afrique de Formation à la Vulgarisation (SAFE). (Pour en savoir plus sur SAFE, visiter le site http://www.safe-africa.org/)

On insistera jamais assez sur la nécessité de veiller à ce que les connaissances et technologies agricoles issues de la recherche soient effectivement mises à la disposition des agriculteurs et utilisateurs de l’Afrique subsaharienne afin d’améliorer la production, les moyens d’existence et accroitre les bénéfices. Les acteurs principaux du développement sont de plus en plus confrontés à une multitude de problèmes de production agricole et de post-production. A cet égard, le système de vulgarisation, en particulier les agents de terrain, méritent d’être bien outillés dans le domaine de la connaissance, du savoir-faire et des compétences requises pour effectivement disséminer l’information et la technologie nécessaires pour un développement agricole durable.

Le rôle crucial des femmes agricultrices dans le développement agricole continue d'être globalement reconnu. À cet égard, des efforts concertés sont nécessaires pour avoir une masse critique de professionnelles de la vulgarisation bien qualifiées qui peuvent effectivement et efficacement travailler avec les agricultrices. À cet effet, les critères d'admission à la formation universitaire du programme SAFE ont été élargies par les universités et collèges partenaires pour inclure Technologie et Sciences de l' Alimentation ; Economie Domestique ; Nutrition ; et Etudes de Développement.

Il y a une tendance croissante dans de nombreux pays africains - dont le Mali et l'Ouganda parmi les pays phares de SAA - à s'appuyer sur des facilitateurs communautaires (parfois appelés agriculteurs modèles) pour servir comme para professionnels à cause du nombre décroissant des vulgarisateurs dans le secteur public. Ce n'est qu'en Éthiopie que le nombre des vulgarisateurs s’accroit. Cette tendance requière donc de nouvelles stratégies de formation pour ces para professionnels. Les besoins de formation de ceux-ci sont alors pris en compte par la formation à la carte sur des sujets thématiques spécifiques.

Le rôle du système public de vulgarisation demeurera crucial pour la transformation de l'agriculture africaine malgré le fait que certains pays aient opté pour la privatisation. En outre, l'émergence de systèmes pluralistes de vulgarisation qui combinent le financement public et les accords de sous-traitance impliquant le secteur privé est en train de modifier les perspectives d'emploi dans la vulgarisation agricole. Les prestataires privés de services et les ONG sont susceptibles de jouer également un rôle important dans le domaine de vulgarisation/conseil à l'avenir. Ceci exige des universités et collèges des innovations dans le domaine de la formation.

On constate de plus en plus que les petits agriculteurs ne peuvent pas réaliser leur plein potentiel si leurs efforts ne s'arrêtent qu’à la production. Les petits agriculteurs doivent créer de la valeur tout au long de la chaîne de valeur en intervenant au-delà de la production. Le travail de SAFE auprès des universités et collèges est alors de s'assurer que de vulgarisateurs compétents soient formés pour porter et accompagner la transformation de l'agriculture sur la base de la chaîne de valeur. SAFE et ses institutions partenaires ont à cet égard revu et élaboré les programmes de formation en prenant en compte l'ensemble de la chaîne de valeur agricole afin de répondre de façon compréhensive aux besoins des agriculteurs.

Il y a en effet un besoin important d’avoir du matériel didactique approprié pour les vulgarisateurs et les agriculteurs. Beaucoup de professionnels recrutés – à SAA et ailleurs - ont de bonnes qualifications techniques, mais très peu d'expériences pratiques. Ainsi, ils ont tendance à copier les manuels académiques et élaborer du matériel pédagogique qui est inapproprié pour usage sur le terrain. Les enseignants expérimentés des départements de vulgarisation agricole et étudiants du programme SAFE peuvent aider à revoir ce matériel sophistiqué afin de le rendre plus accessible aux vulgarisateurs et agriculteurs. SAFE aidera également à coordonner le développement de la formation à la carte ainsi que les modules en appui au travail de terrain de SAA.

Le facteur clé et indispensable pour la protection et le renforcement des petites exploitations du secteur agricole est en effet l'existence d’Organisations Paysannes (OP) fortes, capables, motivées et suffisamment indépendantes qui représentent efficacement les intérêts des agriculteurs. A cet égard, SAFE est en train d’exécuter un projet de renforcement des capacités des OPs en Ethiopie, au Mali, au Nigéria et en Ouganda dans le but de les rendre fortes, viables et ainsi accroitre leurs avantages économiques sur la base de la chaîne de valeur agricole.

Le projet OP a entrepris un large éventail d'activités de renforcement des capacités dont les résultats sont observables. La formation a porté sur les domaines techniques, organisationnels et de gestion.

Des efforts ont été également déployés pour inclure et impliquer les groupes d'agriculteurs qui ont des défis physiques et autres.

Statistiques des élèves SAFE de 1993 à 2017

Deola Naibakelao, Directeur général du SAFE

Voir la section sur le Encadrement supérieur pour plus d' informations.

Publications de la SAA

Histoire de SAA: Allons vers le paysan

September.23.2016

La version électronique de la SAA History Book est disponible ici.

SAA Success Stories

September.23.2016

La version électronique de la SAA Success Stories est disponible ici.

Bulletin de SAA

February.1.2016

La version électronique du bulletin Nourrir l'avenir est disponible ici.

Pour en savoir plus sur les mises à jour de Nourrir l'avenir et recevoir nos infos par courriel ou pour commander des exemplaires papier, veuillez remplir ce formulaire.

Mail news

Inscrivez-vous à nos News Mail (en anglais uniquement) pour recevoir nos rapports d'activités, nos newsletters et nos événements à venir!

Partenaire principal

Nippon Foundation